中国

Publications

La couleur du métal Brève introduction à la cytométrie de masse (Fr.)

Cosma, A., Le Grand, R.

La réponse immune résulte de l’action concertée de partenaires cellulaires et moléculaires multiples. Le but ultime de ces interactions complexes est de défendre l’organisme vis-à-vis d’une intrusion par des pathogènes ou d’un développement tumoral. Diverses approches sont à la disposition des immunologistes pour appréhender l’extraordinaire complexité du système immunitaire. D’une manière générale, les technologies permettant la caractérisation des molécules associées à une cellule, ou produites par celle-ci, se répartissent en deux catégories : celles qui analysent un ensemble (bulk) de cellules et celles qui analysent les cellules individuellement. L’analyse en bulk n’offre qu’une valeur moyenne du paramètre mesuré pour la population cellulaire étudiée, même lorsque cette dernière est hétérogène. Les caractéristiques individuelles de chaque cellule sont ainsi perdues. Ces méthodes ont cependant l’avantage d’une meilleure sensibilité puisque la molécule d’intérêt est produite par de nombreuses cellules et donc présente en plus grande quantité dans le milieu analysé. Cependant, « lorsque l’on mesure une moyenne de différentes cellules, on n’obtient qu’une réponse moyenne » selon le chimiste Renato Zenobi de l’Institut fédéral suisse de technologie à Zurich [1]. Autrement dit, seule l’analyse du contenu de chaque cellule prise individuellement permet d’établir le lien formel entre le produit et le type cellulaire étudié. Le niveau de résolution de l’information acquise est ainsi bien meilleur et permet d’appréhender les interactions au sein de populations cellulaires hétérogènes et complexes. Une conséquence évidente de ces approches est l’accroissement exponentiel de la quantité de données, qui requiert de puissantes capacités d’analyse.

Citation

Cosma, A., Le Grand, R. "La couleur du métal Brève introduction à la cytométrie de masse (Fr.)" Médecine/sciences (2011): 1,072–4